INFORMACIÓN ACERCA DE LAS COOKIES UTILIZADAS
Nous vous informons que pendant votre navigation dans les sites Internet du groupe Ibercaja, nous employons des cookies propres et de tiers (fichiers de données anonymes) qui sont stockés dans le dispositif de l’utilisateur de manière non intrusive. Ces données sont exclusivement utilisées pour autoriser et étudier de manière anonyme certaines interactions de la navigation sur un site Internet et contiennent des informations qui peuvent être mises à jour et récupérées. Si vous poursuivez votre navigation sur notre site Internet, cela implique que vous acceptez l’utilisation desdits cookies. Vous pouvez obtenir plus d’information, ou savoir comment modifier la configuration, dans notre section Politique de cookies


Facebook
Twitter
Google+

Copies de Velázquez

Le journal La Gaceta de Madrid du 28 juillet 1778 annonce l’apparition de neuf estampes dessinées et gravées par Goya à partir de tableaux de Velázquez. Goya n’était pas encore peintre de la cour mais il devait tout de même pouvoir accéder facilement au Palais Royal où l’œuvre de Velázquez était réunie. À ces neufs estampes vinrent s’ajouter 13 autres comme Le Triomphe de Bacchus, Comte-Duc d’OlivaresÉsope...

Nous ne savons pas ce qui poussa Goya à réaliser cette série ; c’est peut-être parce qu’il partageait les idées de ses amis érudits qui voulaient diffuser les chefs d’œuvre conservés en Espagne et les protéger d’éventuelles pertes ou peut-être pour son admiration envers le peintre sévillan et son œuvre.

Avec cette série, Goya s’initie et met à l’essai une nouvelle technique complexe (l’eau-forte), fatigante pour le poignet et la vue, qu’il emploie pour recréer de célèbres tableaux d’un peintre qu’il admirait et considérait comme un grand maître.

œuvres remarquables