INFORMACIÓN ACERCA DE LAS COOKIES UTILIZADAS
Nous vous informons que pendant votre navigation dans les sites Internet du groupe Ibercaja, nous employons des cookies propres et de tiers (fichiers de données anonymes) qui sont stockés dans le dispositif de l’utilisateur de manière non intrusive. Ces données sont exclusivement utilisées pour autoriser et étudier de manière anonyme certaines interactions de la navigation sur un site Internet et contiennent des informations qui peuvent être mises à jour et récupérées. Si vous poursuivez votre navigation sur notre site Internet, cela implique que vous acceptez l’utilisation desdits cookies. Vous pouvez obtenir plus d’information, ou savoir comment modifier la configuration, dans notre section Politique de cookies


Facebook
Twitter
Google+

Les Désastres de la Guerre

La crise de l’Ancien Régime s’accéléra en Espagne en 1808, avec le début de la Guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814). Cette guerre, cruelle et destructrice, ne fut pas seulement une guerre des Espagnols contre les Français mais aussi une véritable guerre civile car les patriotes, soit la majorité du peuple espagnol, affronta les afrancesados, josefinos ou infidentes, qui acceptèrent le nouveau monarque, José Ier Bonaparte, imposé par son frère Napoléon comme roi d’Espagne.

Goya fut le témoin direct de cette guerre et ses horreurs, qu’il représenta dans Les Désastres de la Guerre. La série était composée de quatre-vingts gravures que Goya prépara entre 1810 et 1814, coïncidant avec le déroulement de la guerre, mais il le fit en cachette par crainte des représailles des Français qui occupèrent Madrid jusqu’en juin 1813. Les circonstances politiques ultérieures, avec le retour de l’absolutisme quand Ferdinand VII revint en 1814, en empêchèrent la parution et ce n’est qu’en 1863 que Les Désastres furent publiés par l’Académie Royale de Beaux Arts de San Fernando.

Dans Les Désastres, Goya ne fit pas une exaltation des exploits militaires mais réalisa une condamnation de la guerre en général et de la violence. Il fit une réflexion amère, crue et désenchantée sur l’Homme, submergé dans un conflit armé qui provoque cruauté, viols, dévastation, mort, misère et famine. Il attaqua les atrocités commises par les deux côtés, le français et l’espagnol. Goya vécut cette situation si dramatique et la représenta dans ses gravures comme un chroniqueur ou reporteur graphique actuel. Les Désastres met en relief l’échec de la raison sur laquelle les Lumières comptaient tant. Il s’agit d’une chronique de l’échec humain.

Deuxième édition (1892), Calcografía Nacional.

Afficher plus d’information

œuvres remarquables